Logo

Sherlock Holmes – Symphonic Orchestra

Pas de commentaires   

Petit déjà, j’étais fasciné par l’univers de Sherlock Holmes ET par les dessins animés (on les appelait alors ainsi et les textos n’existaient pas encore, mais ceci est une autre histoire).
En combinant ce personnage avec son univers fantastique, teinté d’un humour puisant dans le côté anglais, tout en apportant la modernité japonaise de l’expression animée, Hayao Miyazaki et Kyousuke Mikuriya ont nourri l’imaginaire bon enfant de milliers (et probablement plus) de têtes blondes, rousses et brunes en proposant une série animée d’une qualité rare.
J’appris par la suite (pas mal de temps plus tard en fait) que Sherlock Holmes (名探偵ホームズ, Meitantei Hōmuzu – ou Sherlock Hound en anglais), était issu du même esprit que le créateur du Voyage de Chihiro (千と千尋の神隠し, Sen to Chihiro no kamikakushi), Princesse Mononoké (もののけ姫, Mononoke Hime),Le Château ambulant (ハウルの動く城, Hauru no ugoku shiro), ou Mon voisin Totoro (となりのトトロ, Tonari no Totoro) pour ne citer que ces films d’animation (ou animes ;).
Chaque jour où je pouvais regarder un épisode de Sherlock Holmes, j’étais transporté dans l’époque victorienne avec un professeur Moriarty inégalable avec ses deux assistants Todd et Dudley, et toute la clique des personnages inventés par Conan Doyle, le docteur Watson bien sûr, l’inspecteur Lestrade, Mme Hudson, etc.).

Les voix française portaient merveilleusement toute l’ampleur théâtrale comique et prenante de cette série qui ne compte que 26 épisodes, diffusés à partir de 1984 sur Canal + dans l’émission Cabou Cadin, puis dans Récré A2, sur Antenne 2, à partir de 1986.
Au-delà des voix incroyables de Serge Lhorca (Sherlock Holmes), Jacques Marin, puis Jacques Dynam (Le docteur Watson), Gérard Hernandez (Le professeur Moriarty), et d’autres talents dont le timbre a bercé mon enfance, c’est le génie musical de Kentarō Haneda qui a su composer une bande originale de toute beauté, incarnée non seulement par le thème du générique, bien sûr, mais également par des morceaux caractérisant soit les personnages, soit les situations soit même l’univers de la série avec une dimension digne des plus grands.

Voici donc mon humble hommage à cette œuvre complète alliant tous les talents possibles :

Sherlock Holmes – Symphonic Orchestra

 

Partager cet article
Partager par mail Facebook Twitter Google +
Catégories : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*