Logo
menu

EWQL Hollywood Strings

   

Après avoir arpenté longuement la homepage de Soundsonline, à la recherche de promotions sur leurs cordes Hollywood Strings qui ont fait un gros buzz dans le monde de la MAO, et après avoir hésité presque plus longuement sur quelle version (Gold ou Diamond) j’ai finalement craqué pour la version Hollywood Strings GOLD EDITION du produit.

Premières impressions : grâce à un gros travail sur l’utilisation de la Modulation et de l’Expression, les cordes de ce logiciel sonnent vraiment extrêmement bien. Bien entendu, la version Gold ayant des limitations, on pourra être frustré par le manque de choix de micros (une seule position pour la version Gold contre 5 pour la version Diamond!!! et parfois les reverb que je n’ai pas réussi à régler pour profiter d’un son plus naturel.
Puisqu’on y est, voici d’ailleurs un petit récapitulatif des différences entre la version GOLD et la version DIAMOND :
GOLD ne bénéficie que de samples 16-bits, DIAMOND est en 16-bits ou 24-bits
GOLD ne propose qu’une seule position de micro, DIAMOND en propose 5
GOLD inclut toutes les articulations, sauf les changements d’archets en legato, DIAMOND les inclut toutes
GOLD n’intègre pas les divisi (ce qui permet de diviser un ensemble en plusieurs sous-groupes, et bénéficier d’un réalisme plus important quand au volume total obtenu), DIAMOND si
GOLD, enfin, est livré sur DVD alors que DIAMOND est livré sur disque dur

Le logiciel Play, dans sa nouvelle mouture, me semble plus stable et plus fiable que la version précédente, et l’instrument peut se jouer soit au clavier, soit se programmer via un DAW, comme FLStudio que j’utilise. Grâce à des automations suffisamment travaillées, et un bon choix de sections d’instruments, on parviendra à des résultats satisfaisants.

Je ne sais pas vous, mais moi, j’aime bien avoir un ensemble de possibilités importantes, quitte à n’en utiliser qu’une partie. Cela dit, pour le moment, cette GOLD EDITION (qui est quand même moins onéreuse que la DIAMOND) me permet d’exploiter une autre vision des cordes (assez limitée dans EWQL Symphonic Orchestra Platinum, que je continuerai à utiliser quand même à foison!!).
En tout cas, il reste avéré que les mélanges sont la meilleure solution pour obtenir des sons réalistes. Pour celui qui ne peut pas louer (ni loger) un orchestre symphonique, il est toujours envisageable d’utiliser ce type d’instrument virtuel, puis d’enregistrer de vraies parties avec de vrais instruments en studio. C’est Christophe Beck que j’ai entendu pour la première fois parler de cette technique.

Il faudra que j’affine plus longuement mon expérience sur cet instrument virtuel, car les appellations, si elles sont claires pour un musicien plié aux habitudes classiques, le sont un peu moins pour l’humble iconoclaste que je suis.

En attendant, un petit extrait des tout premiers essais réalisés avec Hollywood Strings :

 

Partager cet article
Partager par mail Facebook Twitter Google +
Catégories : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*