Logo
menu

Basse Electrique Fender Jazz Bass Lake Placid Blue

   

Après avoir joué sur une Aria Pro II, ma vraie découverte de la basse s’est faite sur celle-ci.
Achetée à un musicien de studio qui l’avait équipée de micros Bartolini et posé des cordes à filets plats (permettant un jeu souple en évitant les frottements des doigts sur celles-ci en enregistrement notamment), cette Fender Jazz Bass bénéficie aujourd’hui de micros Hepcat pickups faits main par Stéphane Beaussart, qui a reproduit sur mon instrument les micros à bobinage typique des Jazz Bass 60’s, ce qui lui confère un esprit polyvalent et caractéristique à la fois (soyons mystiques, comme le bleu « Lake placid » de la basse).

Fender Jazz Bass - Face full

Fender Jazz Bass - Micros

Leo Fender a créé le modèle Jazz Bass en 1960 (d’abord lancé sous le nom « Deluxe Model » puis rebaptisé), en concevant un manche plus étroit et arrondi que celui de la mythique Precision. Pensée comme son nom l’indique pour les musiciens de Jazz, elle a été adoptée par un nombre incalculable de musiciens dans divers styles. Ses deux micros et son potentiomètre de « tone » ou tonalité, en font en effet un instrument très polyvalent.

Ayant pratiqué la guitare pendant un certain nombre d’années, j’ai eu des facilités pour m’initier à cet instrument, mais j’ai également découvert qu’il en était un à part entière. La basse est en effet un instrument souvent négligé des néophytes (parmi mes élèves, je n’ai eu qu’un seul bassiste) et même du public… Pourtant, la basse remplit des fonctions vitales pour un morceau de Pop, de Rock aussi bien que Jazz ou Metal. Elle assure le dialogue entre la batterie et les autres instruments, en posant notamment les fondations rythmiques et en permettant une jonction mélodique décisive.
L’exemple qui me vient à l’esprit pour illustrer le côté Pop de mes propos, est la basse de Paul McCartney dans les morceaux des Beatles. Celle-ci a une place prépondérante qui, par le choix des phrases et de l’instrument lui-même (la légendaire Hofner ou Rickenbacker de McCartney) donne aux morceaux une âme toute particulière.

Mon discours est forcément celui d’un musicien, mais en tant qu’auditeur, je ressens comme tout le monde l’effet de la basse sur mon esprit et mon corps. Cette sensation qu’on a quand l’émotion part de l’estomac et traverse la chair vient (souvent) de la basse.

Spécifications

▪ Catégorie : Basse électrique
▪ Style : Solid body
▪ Série : Affinity (entre 2001 et 2002 pour la mienne)
▪ Provenance : Mexique
▪ Corps : Aulne (ou Palissandre selon les séries) vernis couleur Lake Placid Blue
▪ Pickguard : Blanc (devenu légèrement crème avec les années)
▪ Manche : Vissé érable
▪ Touche : Palissandre
▪ Frettes : 20 (Format Medium Jumbo)
▪ Diapason : 34″ (864 mm)
▪ Radius : 9.5″ (241 mm)
▪ Largeur au sillet : 1.5″ (38.1 mm)
▪ Contrôles : 2 volumes, 1 tonalité avec plaque chrome de protection
▪ Micros d’origine : Chevalet : Standard Single-Coil Jazz Bass / Manche : Single-Coil Jazz Bass
▪ Micros de la basse à l’achat : Bartolini BA 57 J1 Set
▪ Mes micros : Hep Cat Pickups Jazz Bass Vintage faits main
▪ Chevalet : « Standard Vintage Style » – Accastillage chrome
▪ Mécaniques : Inversées – Accastillage chrome
▪ Cordes d’origine : Fender® USA Bass 7250ML, NPS, (.045-.100 Gauges)
▪ Mes cordes : D’addario Medium Gauge – Semi-Flatwound (filets semi-plats) (.050 .070 .085 .105)
▪ Autres modifications : Blindage de l’instrument par Hepcat Pickups, remise à neuf de l’électronique d’origine

Partager cet article
Partager par mail Facebook Twitter Google +
Catégories : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*